L'origine du yack :

 
Le yack, ou yak, est un grand ruminant des hauts plateaux du nord du Tibet qui vit jusqu'à plus de 6,000 mètres (20,000') d'altitude.  On le retrouve également au nord de la Chine, au Kansu et en Mongolie. Le yack habite les steppes désertiques où abondent lacs et marais.

Les yacks domestiques sont nombreux, par contre, le yack sauvage plus grand que son congénère, a été décimé par la chasse et est menacé de disparition.  Autrefois largement répandu dans les vallées et sur les plateaux des hauteurs tibétaines environnantes, le yack sauvage ne survit plus qu'en troupeaux dispersés et isolés dans les régions les plus inhospitalières et les plus reculées.

La domestication du yack est ancienne (1er millénaire av. J.-C.).  C'est un animal à longue toison, dont l'espèce domestique est utilisée comme animal de bât et de selle et qui peut porter des charges pouvant aller jusqu'à 135kg (300 lbs).  Étant un excellent grimpeur, il peut transporter des charges dans les terrains montagneux et rocheux.  Ses sabots élargis sont parfaitement adaptés à la marche dans les marécages ainsi que dans la neige.

Tout au long de l'histoire, le yack domestique de l'Asie centrale a fourni aux bouviers tibétains laine, cuir, viande, lait et fromage et il y est fréquemment croisé avec des vaches.  En outre, les excréments de cette bête de somme servent de combustible et d'engrais.  C'est un herbivore et celui-ci possède une durée de vie qui peut aller jusqu'à 25 ans.

Au début des années 1900, Agriculture Canada cherchait une nouvelle espèce animale qui pourrait produire de la viande tout en habitant dans le milieu aride du nord du Canada.  En 1909, une dizaine de yacks furent importés au Canada. Aujourd'hui, on peut recenser environ 500 et 600 yacks à travers tout le pays et quatre-vingt d'entre eux se retrouvent à la ferme Bos G farm de Saint-Elzéar, vivant dans des conditions de quasi liberté des plus enviables.  La femelle peut donner naissance à un petit à tous les ans contrairement au yack à l'état sauvage qui met bas généralement tous les deux ans à cause de l'environnement hostile qui est le leur.

Il y a 5 types (couleurs) reconnus de Yack. Les types sont Noir, Trim, Royal, Impériale et Golden. La ferme Bos G. possède 3 des 5 types reconnus de Yack.

Aspects et personnalité :

Le yack est un bœuf tibétain, son nom latin, Bos Grunniens signifie bœuf grognant.  Contrairement au bœuf que nous connaissons qui beugle, le bœuf tibétain émet un son guttural qui ressemble à un grognement.

Le yack peut atteindre plus de 3 mètres de long (près de 10'), pour une hauteur de près de 2 mètres (près de 6.5') et un poids voisin de 900 kg (une tonne). La ligne de son dos s'abaisse graduellement jusqu'à la croupe, un peu comme celle du bison. Une magnifique robe pouvant atteindre le sol. Son pelage varie de brun foncé à blanc, long et épais, le protège contre la neige et le froid. Sa tête, large et massive, porte des cornes longues (parfois près de 1 mètre) et recourbées en forme de guidon. La queue couverte de poils, se termine par une touffe broussailleuse comme celle d'un cheval.
 

C'est un animal majestueux qu'on ne peut se lasser de regarder surtout en hiver lorsqu'une tempête sévit; pour eux, c'est la fête et on peut les voir courir un peu comme de jeunes chevaux fringants, queue en l'air, visage au vent en ruant des pattes arrière. Il est intéressant de les voir évoluer, si l'un des leurs est en difficulté, tout le groupe se rassemble autour de lui pour l'assister ou lui donner du réconfort.  Si, par contre l'un d'entre eux reçoit quelque chose ou croit qu'il va recevoir quelque chose de la part de son propriétaire, il pousse les autres de la tête pour être au premier plan et ainsi s'assurer une place de choix.

C'est un animal très intelligent, qui comprend vite une routine, donnez-lui quelque chose tôt le matin pendant quelques jours et il viendra vous le réclamer lui-même en poussant son grognement si vous avez du retard.

Il est curieux, si quelque chose de nouveau se retrouve dans leur enclos, il ira vérifier en s'en approchant doucement afin de s'assurer qu'il n'y a aucun danger.

C'est un animal indépendant, si vous n'avez rien à lui proposé, il ne se déplacera pas pour aller vers vous, cependant si vous lui donnez l'habitude d'une petite gâterie lors de vos visites à l'enclos, il accourra dès qu'il vous verra.

C'est un animal docile, doux et calme qui n'aime pas se faire bousculer.

Il n'apprécie pas beaucoup les étrangers, cependant il sait reconnaître ceux qui l'entourent de soins.

Taille, Croissance et Maturité :

La femelle yack pèse environ 300kg (entre 600-700 lbs), tandis que le mâle peut atteindre un poids entre 550-700kg (1200-1500 lbs). Si la femelle mesure environ 1.25 mètres (4.5'), le mâle pour sa part mesure environ 1.75 mètres (5.5').  Ils atteignent leur pleine maturité vers l'âge de 8 ans.
 

Vers l'âge de dix-huit à vingt-quatre mois, la femelle atteint sa maturité sexuelle.  Après 259 jours de gestation, celle-ci donne naissance à un seul veau qui peut peser entre 9-18 kg (20-40 lbs).  Le vêlage est rapide et le bébé est sur pied, lavé et séché en quelques instants. Venant au monde avec déjà un manteau de laine, celui-ci est protégé du froid.  Le bébé yack possède la caractéristique de n'avoir aucune odeur diminuant ainsi la probabilité d'attirer les prédateurs.
 

 

Le mâle pour sa part est considéré reproducteur lorsqu'il atteint l'âge de deux ans et demi à trois ans et est fertile jusqu'à 25 ans, durée de vie de l'animal.

Animaux économiques :

Originaires des hauts plateaux Tibétains, le yack est un animal pouvant endurer des températures pouvant atteindre jusqu'à -30°C (-22ºF).  Rien ne sert de construire des abris, les yacks préféreront la compagnie des arbres, de la neige et du vent.

La saison estivale est celle qu'ils préfèrent le moins.  Pendant cette saison, vous les verrez bien allongés à l'ombre des arbres en haletant comme le font les chiens et buvant beaucoup d'eau. Par contre, s'ils n'aiment pas particulièrement cette saison pour sa chaleur, ils l'adorent pour l'herbe fraîche qu'elle leur procure.

Comparativement au bovin que nous connaissons, le yack est un animal très économique.  Pour une même superficie de pâturage, vous pouvez mettre quatre femelles yacks là où vous auriez mis une seule vache de boucherie et deux mâles yacks pour un seul taureau.  Si l'on compare au poids, la femelle yack mange environ 3 kg (7 lbs) de fourrage par jour alors que la vache en a besoin d'environ 11 kg (25 lbs). 

Si le bovin a besoin de 3.5 kg (8 lbs) de fourrage, le bison 5.5 kg (12 lbs), le yack, pour sa part n'a besoin que de 3 kg (7 lbs) de fourrage par jour pour gagner 0.45 kg (1 lb) de poids. Nul besoin d'hormones, de suppléments alimentaires et encore moins de grains de finition pour garder le yack en santé et maintenir sa croissance, une grande utilisation de ses produits peuvent causer des abcès au foie ralentissant les réactions immunitaires et augmentant les gras saturés de la viande.

Tout au long de sa croissance, le yack fournit sa laine que nous pouvons récolter à chaque printemps, ainsi l'animal contribue au coût déboursé pour son entretien.

Facile à entretenir :

Étant un animal à cornes, la manipulation du yack demande un équipement adéquat. 

Pour éviter les blessures dues à un faux mouvement de la part de l'animal ou de l'humain, la cage de contention est l'élément indispensable.
 

Les maladies affectant le yack ainsi que les frais de vétérinaire sont presque inexistants. 

La coupe et le limage des ongles, les injections de médicaments si nécessaire et la récolte de la laine se font en toute sécurité tant pour la bête que pour l'éleveur. 

Une simple clôture à bovin est suffisante pour délimiter les enclos puisque le yack est un animal calme et qu'il ne défonce pas les clôtures.  C'est un animal facile à diriger tout simplement à l'aide d'un long bâton leur servant d'aide visuelle et de guide.

Le yack n'est pas un animal agressif, les femelles pour leur part sont très protectrices de leurs veaux.  Quand une situation leur est inconfortable ou qu'ils sentent un danger provenant d'un intrus, ils émettront quelques grognements ou renifleront en secouant la tête, cependant si le danger persiste ils prendront d'autres moyens pour protéger les petits.

Lorsque vient le temps du sevrage, le jeune veau accepte assez rapidement cette situation, quelques grognements de désappointement pendant quelques jours et tout revient à la normale.

Site Web fabriqué avec l'outil de création de site web rvSitebuilder | Hébergement de site Web par DesMondes.com